Accueil / Au fil des jours / Visite de l’ancienne gare de Bobigny

Visite de l’ancienne gare de Bobigny

13 octobre 2011

Dans le cadre des Assises de Bobigny, nous avons eu l’occasion, le 13 octobre dernier, de participer à une visite de l’ancienne gare, avenue Henri Barbusse, d’où sont partis les convois par lesquels furent déportés vers les camps de concentration et d’extermination nazis des Résistants et les Juifs arrêtés en France durant l’Occupation.

Nous nous sommes retrouvés sur les lieux mêmes de ces événements, ce qui nous a permis de nous en faire une idée plus concrète. Nous avons surtout eu la chance d’y rencontrer deux des témoins qui les ont vécus ; un historien spécialisé dans l’étude de cette période a apporté des informations complémentaires.
L’un des témoins était une jeune fille de seize ans, le 31 juillet 1944, lorsqu’elle fut transférée du camp de Drancy à la gare de Bobigny avec les enfants juifs dont elle s’occupait dans un refuge à Paris (elle était membre d’un mouvement scout israélite). Ils avaient été victimes d’une rafle quelques temps auparavant. Ils furent déportés ensemble, de nuit, moins d’un mois avant la Libération de Paris, après avoir été enfermés non loin de la gare, dans un bâtiment où il faisait une chaleur étouffante sous le toit de béton brut. Le « voyage » vers Auschwitz-Birkenau dura trois jours. Il fut sans retour pour la plupart d’entre eux.
L’autre témoin, quant à lui, était alors un petit garçon, fils d’un des quatre cheminots qui travaillaient dans cette gare et y vivaient avec leurs familles. Les enfants jouaient aux alentours, relativement insouciants avant le début des déportations, mais ensuite les circonstances devinrent de plus en plus pesantes et angoissantes.

Nous avons appris et compris beaucoup de choses grâce à ces personnes qui ont su nous transmettre une partie de leur mémoire, si précieuse aujourd’hui, 70 ans après ces événements.

Nous étions impressionnés par ce moment fort, à notre retour au lycée, tout proche d’un lieu chargé d’histoire.

Les élèves de 1ère L et leur professeur d’histoire