Accueil / Au fil des jours / Les CM1 Rouge à la basilique de Saint-Denis

Les CM1 Rouge à la basilique de Saint-Denis

Par Eve GIVERNAUD, le 14 mai 2018

En lien avec le programme d’histoire et des échanges, vendredi 6 avril 2018, les CM1 Rouge sont allées à la Basilique de Saint Denis. Nous avons visité le bâtiment en compagnie de notre guide Florence puis nous avons effectué un atelier artistique sur les parchemins au Moyen-Age.

La légende de Saint Denis
Un jour, le Pape donne une mission à Denis ; il lui demande : « mets ton plus beau chapeau et ta plus belle tenue et va me présenter dans la ville de Lutèce (Paris). » Avec deux compagnons chrétiens, Denis se met en route. Arrivés à Lutèce, les trois chrétiens demandent aux Lutéciens de se convertir au christianisme. Or en ces temps de persécution des chrétiens, les autorités romaines ne tardent pas à remarquer leur action et leur font subir un interrogatoire sous la torture : en premier ils les fouettent, ensuite ils les mettent sur une grille pour les faire griller, mais par miracle les trois chrétiens n’ont pas mal .... Ils bronzaient tranquillement ; les Lutéciens n’en croyaient pas leurs yeux ! Alors les Romains décident de les mettre dans une cage avec des animaux sauvages ... Les animaux restent calmes. Là les Lutéciens en ont assez et décident de leur couper la tête. Les trois chrétiens sont décapités mais Denis se relève, prend sa tête dans les mains et descend la colline. Il creuse alors un trou, y pose sa tête et dit « Je voudrais être enterré ici ».
Plus tard, des chrétiens édifieront en ce lieu une basilique dont les fondements se trouvent encore sous le sol de l’actuelle basilique cathédrale de Saint-Denis.

Les gisants
Nous avons vu les gisants ; statue qui représente les rois et reines sur leur tombe portant sceptre et couronne. Aux pieds des gisants de femme, le plus souvent, on trouve fréquemment des chiens, signe de fidélité. Mais cette fidélité représente plu-tôt celle du chien-guide dans les royaumes souterrains de la mort. Le lion, souvent aux pieds des hommes, représente la puissance, la force.
Florence nous a appris que pour peindre on prenait des pierres précieuses, on les écrasait pour faire des pigments de peinture. Avec le temps, les gisants ont perdu leur couleur.
La première reine de France inhumée dans la basilique de Saint-Denis est la reine Arégonde, l’arrière-grand-mère du roi Dagobert. Dans son sarcophage se trouvaient des bijoux (bague, collier et bracelet) et des restes de vêtements d’apparat de cou-leur rouge.

Le sacrement du roi et les symboles
Ils sont au nombre de cinq : le manteau d’hermine, le sceptre, l’épée, la couronne et la fleur de lys.

Les vitraux

L’atelier d’enluminure
Tout d’abord, Florence nous a fait choisir une copie portant une lettre, D – S ou L que nous allons décorer selon la technique utilisée pour illustrer les manuscrits du Moyen-Age.
Les couleurs ont une origine minérale. Pour être utilisables en tant que couleurs, les matières premières sont préparées : réduites en poudre très fine à l’aide de mortier et de pilon puis filtrées au travers d’un tissu, elles peuvent enfin être mêlées à un liant pour obtenir les diverses peintures.

On a pris une spatule et on a ajouté deux gouttes de gomme arabique ...

et une goutte d’eau. Puis on mélange le tout.

L’atelier d’enluminure nous a permis de comprendre comment consiste à fabriquer de la peinture, comme on le faisait au Moyen-Age.
Un grand merci aux mamans accompagnatrices !

Texte rédigé en collaboration avec la classe.

Madame Grand-Clément