Accueil / Au fil des jours / Le Recto-Verso Numéro spécial 2014

Le Recto-Verso Numéro spécial 2014

Par Véronique Veillon, le 9 juillet 2014

PDF

« J’aime l’école parce qu’elle nous éduque au vrai, au bien, au beau… J’aime l’école parce qu’elle est synonyme d’ouverture à la réalité. »

Quelle belle phrase du Pape François, qui nous invite à réfléchir à la vraie mission de l’école ! Une école comme la nôtre ne peut que se reconnaître dans ces paroles.
Une école qui fait corps afin que jeunes et adultes puissent s’ouvrir à une relation personnelle, à une relation vraie qui tient compte de la diversité et de nos valeurs communes.
Une école où se vit une éducation attentive à chacun qui permet d’ouvrir les cœurs et les esprits ; une éducation qui forme l’intelligence afin que chacun trouve sa place au sein de la société ; une éducation qui permet de prendre son envol et de devenir les citoyens de demain.

Notre année a été ponctuée d’événements qui nous ont permis de « frapper à la porte » et de nous ouvrir à la réalité du monde. Une année pendant laquelle nos élèves ont su développer leurs talents et leur sens de l’engagement. Ces talents s’expriment au quotidien, comme vous le verrez dans ce numéro spécial, mais il est bon de pouvoir les fêter tout particulièrement.

« Éduquer un enfant, c’est lui donner des racines et des ailes ».

Pourquoi ce thème ?
En cette année du centenaire des Centres Madeleine-Daniélou, il nous semblait important de faire réfléchir nos jeunes sur l’importance de nos racines familiales, culturelles, scolaires. Des racines qui nous plongent dans un passé qui nous construit.
Chacun joue le jeu. Elèves et professeurs nous invitent à vivre une belle journée en voyageant à travers le monde. Le monde des Lettres, des Arts, des Sciences où poèmes et danses nous émerveillent et suscitent nos papilles grâce au délicieux buffet préparé par les parents d’élèves.
Merci à chacun pour ce beau voyage, pour ces réalisations plus étonnantes les unes que les autres, qui permettent de donner du sens à l’histoire, à notre histoire pour le bien de la cité et le service de tous.

B. Bachmann