Accueil / Au fil des jours / Garder la mémoire et construire la paix

Garder la mémoire et construire la paix

11 octobre 2014


1914-2014 : La France commémore le Centenaire de la Grande Guerre.
Cette guerre sans précédent a bouleversé la vie de centaines de millions d’hommes et de femmes à travers toute l’Europe et bien au-delà.
Le projet était osé : accompagner des élèves, l’équipe éducative, les familles de Charles-Péguy à Villeroy et Meaux un samedi de septembre pour garder la mémoire de Charles Péguy, de la Grande Guerre et de tous les hommes morts au front, et pour construire la paix.

Voici quelques moments forts de cette journée mémorable :

Les témoignages et les textes lus devant la stèle et à la grande tombe de Villeroy, nous ont montré à quel point Charles Péguy était un écrivain engagé librement pour la justice et la vérité. Cela reste un message pour notre temps.
Nous avons pris un temps de recueillement en déposant une gerbe pour honorer tous ces hommes.

Le temps du déjeuner a été l’occasion de retrouver le groupe de Charles-Péguy-Paris engagé dans cette même démarche.

Un passage par les cimetières militaires français et Allemand de Chambry a permis d’évoquer la diversité des hommes qui ont pris part à ce conflit et de faire nôtre le message pour la paix et pour la justice signé par un grand nombre de représentants religieux.

La journée s’est terminée par la visite du Musée de la Grande Guerre à Meaux.

Nous sommes heureux et fiers que Madeleine Daniélou ait donné le nom de Charles Péguy à notre école.

Caroline Nicolle, sfx


Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Guerre 14-18, un circuit "Péguy et la Grande Guerre" a été organisé par notre collège pour marcher sur les traces de Charles Péguy.
Écrivain catholique, poète, essayiste, mobilisé dans l’armée comme lieutenant, Péguy a trouvé la mort à Villeroy pendant les premiers jours de la bataille de la Marne.

Arrivées dans ce village de Seine et Marne, nous sommes allés visiter le petit musée consacré à Charles Péguy. Il y avait des objets exposés ayant appartenu aux soldats tués sur les champs de bataille des alentours.
Pendant notre visite, un autre groupe d’élèves avec des professeurs et les parents se sont rendus sur les lieux de la bataille où se trouvait un puits au milieu d’un champ. Péguy et ses hommes s’y sont désaltérés pour la dernière fois.
Une première lecture évoquant les derniers instants de Péguy a ému les gens présents.
Le groupe a marché le long des champs qui en 14-18 avaient été le théâtre des combats. Nous avons ensuite rejoint la stèle, puis la tombe où repose Charles Péguy. Un professeur nous a parlé du champ de bataille où se déroulèrent les combats entre Monthyon et Penchard tenus par les Allemands et les Français qui, partis d’Iverny, voulaient récupérer ces deux villages. C’est au cours de cette attaque le 5 septembre 1914 que le lieutenant Péguy à la tête de sa section a été tué. Il ne s’agit pas d’un cimetière où sont alignées des tombes mais d’un minuscule enclos au bord de la route. La petite porte poussée, nous nous sommes retrouvés devant un ossuaire contenant les restes de 133 soldats tombés à cet endroit. Parmi eux repose leur lieutenant, Charles Péguy (1873-1914). Nous nous sommes recueillis devant le mémorial pour lui rendre hommage ainsi qu’à ses hommes. Nous y avons déposé une gerbe de fleurs de la part de l’établissement Charles-Péguy Bobigny. Nous avons écouté plusieurs lectures faites par nos professeurs et deux élèves. C’était très émouvant.

Nous avons ensuite déjeuné sur la pelouse du musée de Meaux où nous avons rejoint les élèves du lycée Charles-Péguy à Paris.

Après le pique-nique, nous avons visité les deux cimetières militaires de Chambry : le premier regroupe 998 corps de soldats allemands tombés dans le secteur de Meaux en Septembre 1914. Le second de l’autre côté de la voie ferrée du TGV qui rejoint l’Allemagne à la France, est un cimetière français. Il regroupe les dépouilles de soldats morts pour la France lors de la bataille de l’Ourcq en septembre 1914. Il a la particularité d’aligner des tombes de soldats de confessions différentes.
Parmi les tombes chrétiennes se trouvaient des stèles musulmanes et israélites.

Ce détail nous a beaucoup interpelés car il nous a appris que des hommes d’Afrique du Nord avaient donné leur vie pour la France. Ces soldats de toutes religions étaient des frères d’armes dans la mort et reposaient ensemble dans ce coin de France. Ce message est très fort et l’endroit dégage une sérénité teintée de mélancolie.

Nous avons quitté le cimetière national de Chambry pour nous rendre au musée de la Grande Guerre à Meaux.
Croisant histoire locale et histoire mondiale, le musée propose un parcours thématique particulièrement riche en objets et en explications de toutes sortes. Nous y avons notamment découvert la reconstitution d’un champ de bataille avec une tranchée française, un no man’s land et une tranchée allemande. Un questionnaire élaboré par l’un de nos professeurs a rendu la visite très attractive. Nous étions en autonomie et nous avons pu déambuler dans les différents secteurs du musée. Nous sommes ressortis tout éblouis. C’est un musée incroyable, riche de tout ce qui a fait cette guerre. Tous les thèmes y sont abordés ; humains ou matériels. Nous n’avons pas vu le temps passer. C’était tout simplement parfait. Une visite à faire de toute urgence pour tous ceux qui s’intéressent à cette période de notre histoire.

Cette journée consacrée à "Péguy et la Grande Guerre" fut exceptionnelle. Nous avons passé des moments chargés d’émotions et de rires avec les copines, les professeurs et les parents.

Bilqîs, 3R