Accueil / Au fil des jours / Des « Ambassadeurs de la Mémoire » à Charles-Péguy

Des « Ambassadeurs de la Mémoire » à Charles-Péguy

Par Véronique Veillon, le 15 janvier 2015

En 1945 s’achevait la seconde guerre mondiale.
Le Mardi 27 janvier 2015 marquera l’anniversaire des 70 ans de la Libération du camp d’Auschwitz.
Les élèves de 1ère ES et de 1ère L ont été sollicitées par les responsables du Mémorial de la Shoah de Drancy pour participer aux commémorations de cet événement. Cinq d’entre elles, nommées « Ambassadeurs de la Mémoire » travaillent actuellement à la préparation de ces célébrations. Elles ont répondu à une lettre de Simone Veil*, rescapée d’Auschwitz, qui s’adresse aux jeunes.
Cette réponse des élèves de Première mérite d’être partagée :

« Nous avons conscience qu’il reste peu de rescapés d’Auschwitz, il est donc de notre devoir de continuer à commémorer ce tragique événement.
Cette période de l’histoire a fait l’objet de nombreuses œuvres telles que des livres ou des films qui tentent de représenter au mieux les violences, qu’elles soient physiques ou psychologiques, subies par les juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Le choix de faire vivre ou non ce souvenir nous appartient. Certaines personnes, les négationnistes, « ferment les yeux » sur ce génocide dont ont été victimes six millions de juifs. Il nous semble donc important que les générations futures aient conscience de cet événement qui fait partie de l’histoire française et européenne, afin qu’il ne soit ni oublié, ni banalisé avec le temps.
Nous pensions que cet événement servirait de leçon à l’Humanité, mais le constat est que la haine à l’encontre de certains peuples persiste et nous devons atténuer « le rejet de l’autre » en acceptant notre prochain et en faisant de nos différences une force.

Est-il nécessaire de rappeler que nous sommes tous nés égaux ?

C’est ainsi que nous, les jeunes, nous incarnons et nous sommes appelés à défendre les valeurs démocratiques de la République française notamment la liberté, l’égalité et la fraternité. Aucune de ces valeurs n’a été respectée durant la Shoah, le peuple juif ayant été considéré comme une race inférieure à l’espèce humaine.
En tant que jeunes, sur nous repose la responsabilité de faire cesser les inégalités :

  • en combattant les préjugés et les idées reçues
  • en favorisant le dialogue et la communication
  • en respectant les opinions de chacun

Ce ne sont ni des paroles en l’air, ni une leçon de morale mais un engagement quotidien car c’est lorsqu’on arrose une fleur quotidiennement qu’elle peut croître et fleurir. Il s’agit d’un travail de tous les jours.

Madame Veil, nous vous remercions de nous avoir écrit cette lettre et nous rendons hommage aux combats que vous avez menés tout au long de votre vie. Nous sommes honorés que vous nous fassiez confiance pour reprendre ce flambeau et le transmettre aux générations qui nous suivent. »
Des élèves de 1ères ES et des 1ères L de Charles-Péguy de Bobigny

* Lettre de Simone Veil jointe en fichier pdf :

PDF - 73 ko
Lettre de Simone Veil