Accueil / Au fil des jours / Bénévolat aux Restos du coeur

Bénévolat aux Restos du coeur

Par Véronique Veillon, le 31 janvier 2017

J’ai choisi de faire du bénévolat, comme cela nous l’était demandé par l’établissement, les 15 et 16 décembre 2016, dans l’association « Les Restos Du Cœur », une association humanitaire qui en est à sa 32ème campagne et qui se fait aider par l’Union Européenne.

Elle consiste à offrir des denrées alimentaires ainsi que des vêtements, jouets pour les enfants, produits d’hygiène et bien d’autres aux familles les plus défavorisées, les plus démunies pour maintenir une certaine cohésion sociale.

Personnellement, je tenais absolument à découvrir cette association car, dans ma famille même, j’ai vu des tantes ou d’autres membres de ma famille fréquenter les Restos Du Cœur à un moment donné de leur vie.
De plus, l’objectif de l’association, qui est de venir en aide aux plus démunis me touche particulièrement.
Cette association était en fait mon choix de cœur. D’ailleurs, je ne regrette absolument pas mon choix. En effet, j’ai fait la rencontre de personnes formidables telles que William, Serge, Patrick et plusieurs dames très chaleureuses. Ces personnes nous ont encadrées tout au long de ces deux jours.

Tout d’abord, le premier jour, nous étions environ 8 camarades à travailler « en bas ». Le « travail en bas » consistait en la distribution de denrées alimentaires aux familles. J’étais « au poste » des œufs avec William, un jeune bénévole qui avait souvent l’habitude d’aider l’association. Il m’a donc expliqué l’attitude à adopter avec les gens, c’est-à-dire être souriant et accueillant. Par ailleurs, Serge nous a fait visiter les locaux, nous avons vu à quel point c’était très organisé et à quel point le travail des bénévoles était soigné, rigoureux voire méthodique.
Ensuite le 2ème jour, nous étions « en haut », nous avons donc pu assister à des inscriptions. C’était ma journée préférée car j’ai eu la chance d’aider une femme et son père, qui sont de la même origine que moi, d’origine Sri-Lankaise.
Cette femme ne savait absolument pas parler français donc j’ai du faire la « traductrice ». Cela m’a vraiment touchée car j’ai pu l’aider et surtout l’éclairer car elle venait tout juste d’arriver en France et elle semblait perdue. En elle, je voyais ma mère car quand ma mère est arrivée en France, elle était tout comme cette femme, elle ne parlait pas beaucoup la langue et elle était perdue.

Par ailleurs, avec les filles de la classe, nous nous sommes vraiment amusées, nous avons profité au maximum et nous avons passé de bons moments, dans la joie et la bonne humeur.
Au final, cette expérience m’a épanouie. J’ai une vision différente de cette société. A travers cette expérience, je me suis vraiment rendu compte qu’il y a énormément de personnes dans le besoin et qu’il faut absolument leur venir en aide. De plus, j’ai pu voir de mes propres yeux que pour les bénéficiaires des biens du resto, ce n’est pas facile. Ils peuvent se sentir pauvres », « différents » des autres, et cela se voit par leur froideur quand on essaye de leur parler ou même de leur dire bonjour.
Puis ce qui m’a vraiment surprise et attristée, c’est de voir des jeunes de mon âge qui venaient chercher des denrées alimentaires pour leur famille. On voyait qu’ils étaient embarrassés quand ils ont vu des jeunes filles de leur âge. C’est dans ces moments-là que je comprends que tout le monde peut vivre une telle situation et le regard des autres ne facilite pas les choses. En tout cas, cette expérience a été très enrichissante pour moi et je ne suis pas prête de l’oublier.

Je suis très heureuse d’avoir été bénévole aux Restos du Coeur. Je remercie l’équipe éducative de Charles-Péguy de m’avoir donné une telle opportunité, car c’était une occasion pour moi d’ouvrir les yeux sur plusieurs réalités qui font parties de notre société.

Une Terminale de Charles-Péguy