Accueil / Au fil des jours / Aux sources de la confiance, Taizé

Aux sources de la confiance, Taizé

Par Véronique Veillon, le 12 octobre 2016

Du 6 au 9 octobre dernier, 44 élèves de Charles-Péguy, accompagnées de 6 adultes, se sont rendues à Taizé, communauté œcuménique de frères, située dans un joli village de Bourgogne.

A l’arrivée, plusieurs choses déroutent, et il faut un peu de temps pour entrer dans la démarche proposée. Au creux des découvertes, trois fois par jour, nous nous retrouvons dans l’Eglise de la Réconciliation pour la prière, rythmée
par les chants de Taizé, la Parole de Dieu et sept minutes de silence.

Au fil du temps, mystérieusement, quelque chose se passe... Les petits inconforts quotidiens, les changements par rapport à nos habitudes citadines et pressées deviennent une chance, le lieu d’une libération. Nous pouvons nous définir indépendamment de nos lieux de vie, et pour les élèves, de leur classe ou de leurs notes.
Car à Taizé, chacun est accueilli tel qu’il est, dans la plus grande gratuité. La bienveillance des frères et la cohérence de leur vie simple accompagnent humblement la naissance de la Paix du cœur en chacun. Le groupe vit aussi une expérience collective.
Nous nous découvrons mutuellement, élèves et accompagnatrices, toutes
égales devant la prière et le service, dans l’Aujourd’hui de Dieu.

A l’heure de partir, une question se pose : comment conserver la confiance trouvée à Taizé, une fois rentré chez soi ? Peut-être en nous souvenant de la petite musique de Taizé, de la fraîcheur d’Evangile qui y règne. Et chacune
pourra essayer, à sa façon, de faire rayonner la paix trouvée là-bas pour être ferment de fraternité, au lycée ou chez elle.

Nous disons un très grand merci au lycée Charles-Péguy de permettre chaque année ce beau voyage, et adressons notre profonde reconnaissance aux frères de Taizé, pour le témoignage de leur vie et la générosité de leur accueil.

« Accueilleras-tu le jour qui vient comme un aujourd’hui de Dieu ?
Sauras-tu découvrir des éveils poétiques en chaque saison, aux
jours de pleine lumière comme dans les nuits glacées d’hiver ?
Sauras-tu égayer ton humble demeure par des
signes qui épanouissent le coeur ? » Frère Roger

A. Isaac, ajointe d’éducation 1ère-Term